Kruth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kruth
La mairie.
La mairie.
Blason de Kruth
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Canton Cernay
Intercommunalité CC de la Vallée de Saint-Amarin
Maire
Mandat
Claude Walgenwitz
2014-2020
Code postal 68820
Code commune 68171
Démographie
Gentilé Kruthois
Population
municipale
948 hab. (2014)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 54″ nord, 6° 57′ 53″ est
Altitude Min. 468 m
Max. 1 263 m
Superficie 22,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Kruth

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Kruth

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Kruth

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Kruth
Liens
Site web http://www.kruth.fr/

Kruth est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.


Géographie

Kruth est situé dans la haute vallée de la Thur, en contrebas de la route des Crêtes. Elle est située au pied du Markstein (1 266 m) et du Grand Ventron (1 204 m). Kruth est également un carrefour de voies de communications routières vers Cornimont et La Bresse dans les Vosges d'une part et vers Thann et Cernay d'autre part. Elle est aussi reliée par voie ferroviaire vers Thann et Mulhouse et constitue, par la ligne de Lutterbach à Kruth, le terminus de la ligne de pénétration vosgienne Mulhouse - Cernay - Thann - Kruth.

Kruth possède un barrage d'une capacité de 12 millions de mètres cubes qui permet de réguler les eaux de la Thur.

C'est une des 188 communes[1] du Parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Lieux-dits et écarts

  • Le Frenz ;
  • Hof ;
  • Runschenseewald ;
  • Sauwas.

Cours d'eau

Les villages proches

Économie

L'économie agro-pastorale a en tous temps englobé la gestion des ressources forestières et minières.

Les hauteurs de Kruth-Wildenstein étaient connues à l'époque moderne pour ses camps hivernaux de bûcherons.

Les autorités allemandes en Alsace ont relancé activement à la Belle Époque la recherche de minerai rare à des fins industrielles. La mine Fanny, en exploitation à Kruth entre 1902 et 1905, a permis d'extraire des arséniures de cobalt et de nickel.

La commune s'était également mobilisée, mais sans succès, dans le projet de réalisation du tunnel ferroviaire de Bussang-Kruth[2]. Kruth reste en effet une gare terminus de la troisième des trois premières lignes de chemin de fer français (extension de la ligne Mulhouse Thann en 1839 qui devait selon le projet avorté percer les Vosges pour joindre Remiremont et Saint-Maurice (Bas-Rhin)).

Histoire

Kruth se trouve sur la route de Saint-Amarin à Wildenstein et est un village plus récent puisque son nom apparaît d'abord au XIVe siècle sous le nom de Gereuth. Le village a pu se constituer à l'emplacement d'anciennes fermes et de maisons isolées qui ont donné naissance à une agglomération. Au XVIIe siècle, le village était appelé Grut. Ce n'est qu'à partir de 1775 que le nom actuel apparut. L'endroit était certainement d'abord recouvert de vastes forêts dont les terres ont été défrichées par les premiers occupants. Il fut d'abord la propriété des nobles de Bollwiller qui y installèrent un château[3]. Le village passa ensuite aux abbés de Murbach jusqu'à la Révolution. Son histoire est intimement liée à celles des autres villages du bailliage. Pendant la Première Guerre mondiale, le village est évacué en raison de la proximité du front. En 1917, le roi Victor-Emmanuel III d'Italie vient inspecter le front et y passe une journée.

Héraldique

Blason Blasonnement :
D'or, à la terrasse ondée d'argent à deux fasce ondée d'azur, portant un mont de sinople surmonté d'une tour crénelée de gueules accostée de deux sapins de sinople, un écu d'azur au pal d'or chargé de trois chevrons renversés de gueules brochant sur la partition[4].
Commentaires : Le lac, symbolisé par les fasces ondées, évoque le barrage de Kruth-Wildenstein. Le château est celui de Wildenstein, édifié en 1312 par la famille Bollwiller dont on retrouve l'écu en miniature sur ce blason. Les sapins sont présents sur toutes les hauteurs de la commune[5].

Politique et administration

Budget et fiscalité 2014

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[6] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 098 000 , soit 1 088 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 626 000 , soit 620 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 221 000 , soit 219 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 580 000 , soit 575 par habitant.
  • endettement : 375 000 , soit 372 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 11,56 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 16,94 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 63,97 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 en cours Claude Walgenwitz DVG Conseiller pédagogique, né en 1949

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 948 habitants, en diminution de -7,87 % par rapport à 2009 (Haut-Rhin : 1,52 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 160 1 306 1 382 1 813 1 832 1 894 1 924 2 048 2 001
1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
1 940 1 729 1 664 1 613 1 576 1 512 1 471 1 450 1 511
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 559 1 475 1 423 1 401 1 369 1 306 1 198 1 192 1 289
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014 -
1 094 1 012 1 002 976 1 010 1 019 984 948 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

L'église Saint-Wendelin.
Chapelle Saint-Nicolas.
  • Cascade saint Nicolas
    Tunnel d'accès dans le château du Schlossberg.
    Château de Wildenstein[11],[12] cité en 1253 et détruit par les Suédois en 1644[13],[14], perché sur le sommet du Schlossberg.
  • Barrage de Kruth et lac de Wildenstein[15].
  • Église Saint-Wendelin (1837) : Kruth dépend jusqu'en 1789 de la paroisse d'Oderen. Dès le XVIIe siècle, les habitants se rendent à la chapelle Saint Wendelin, considéré comme le protecteur des agriculteurs. La chapelle est ensuite agrandie car devenue trop petite. Elle est transformée en église qui très vite s'avère également trop petite. Une délibération du conseil municipal propose de construite une nouvelle église répondant au mieux aux propositions des paroissiens. Des coupes de bois extraordinaires ont lieu afin que le produit de la vente finance la nouvelle église. La population de la commune participe à ces coupes de bois. Le nouvel édifice est achevé en 1837 et béni le 8 juillet de la même année en présence de l'évêque de Strasbourg[16]. L'orgue est de François Ignace Hérisé[17],[18].
En cette église se sont mariés le 23 septembre 1884 Jean-Pierre Schuman et Eugénie Duren, parents de Robert Schuman, un des pères de l’Europe.

Activités agricoles et industrielles

  • Ferme, moulin[24].
  • Tissage de coton Gros Roman, puis tissage Gros Odier Roman et Cie, puis Gros Roman et Cie, puis Société Alsacienne de Blanc et Impression, puis Société Alsacienne de tissage Gros Roman actuellement entrepôt industriel et maison[25].

Personnalités liées à la commune

  • Gilles Sifferlen (1851-1929), abbé, historien de la vallée[26].

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  2. Un grand projet manqué : Le tunnel ferroviaire de Bussang, par Pierre Heili, 10 pages. «  Dans une plaquette publiée en 1909, le Comite Pinot Pottecher s'emploie à faire valoir les avantages de Bussang et les inconvénients des deux autres projets sud-vosgiens, laissant de côte les projets de Sainte-Marie et de Saales qu'il estime ne pas être de sa compétence; il résume ainsi ses conclusions: "Nous croyons avoir suffisamment démontre Ie grand intérêt qu'i! y aurait à accorder la préférence au projet de percée Bussang-Kruth »
  3. Notice no IA68003115, base Mérimée, ministère français de la Culture château fort dit château de Wildenstein
  4. Archives Départementales du Haut-Rhin
  5. Armorial de la vallée
  6. Les comptes de la commune
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Château fort dit Château de Wildenstein », notice no IA68003115, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Charles-Laurent Salch, Imagiers des châteaux et remparts d’Alsace, 1370-1970, vol. 2, Strasbourg, Châteaux-forts d'Europe-Castrum Europe, , 362 p. (ISSN 1253-6008)
    no 56/57/58/59 2011. TOME 2 : G à O : Dessin de Paul Hertzog, 1943, figure 252, p. 208
  13. Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France au Moyen Âge, Strasbourg, éditions Publitotal, 1978, reprint 1991, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. Page 637 : Kruth, Wildenstein
  14. Le Wildenstein
  15. Lac de Kruth-Wildenstein
  16. Notice no IA68003106, base Mérimée, ministère français de la Culture église paroissiale Saint-Wendelin
  17. Notice no IM68006333, base Palissy, ministère français de la CultureOrgue (grand orgue à positif) de l’église paroissiale Saint-Wendelin
  18. Inventaire de l'orgue
  19. Patron de l'école...buissonière
  20. La cascade et la chapelle Saint-Nicolas (St Nikolaus im Felsen)
  21. Monument aux morts, Conflits commémorés 1914-18 et 1939-45
  22. Monument aux Morts, Stèle commémorative A.F.N., Carré militaire
  23. « école, mairie », notice no IA68003107, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « ferme, moulin », notice no IA68003113, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Patrimoine industriel : Tissage de coton Gros Roman, puis tissage Gros Odier Roman et Cie, puis Gros Roman et Cie, puis Société Alsacienne de Blanc et Impression, puis Société Alsacienne de tissage Gros Roman actuellement entrepôt industriel et maison », notice no IA68000807, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. "SAINT-AMARIN (La Vallée de)", "Gilles Sifferlen", 1993